Uepaa(!!) et ActLight récoltent 130'000 francs

La zurichoise Uepaa(!!) et la start-up ActLight, sise au Parc scientifique d’Ecublens, sont les nouveaux gagnants de l’initiative venture kick. Elles ont toutes deux convaincu le jury composé d’investisseurs et d’experts à l’issue de la troisième et dernière étape de la compétition. La première développe un système de secours pour les alpinistes. Quant à la seconde, elle ambitionne de développer une nouvelle génération de modules solaires.

img_uepaa_213.jpg
Mathias Haussmann, fondateur et CEO de Uepaa(!!), avec le cofondateur Franck Legendre
img_actlight_213.jpg
Serguei Okhonin, fondateur et CEO d'ActLight, avec Fredrik Uddegard, cofondateur de la société

Qui, parmi les projets d’entreprises les plus innovantes, a le plus de chances de rencontrer le succès sur le marché? C’est sur cette question que quatre jeunes sociétés prometteuses, encore en phase de démarrage, devaient convaincre lors d’une séance qui s’est tenue à Lausanne. Au final, ce sont ActLight et Uepaa (!!) qui ont su emporter le jury et récolter 130'000 francs de fonds d’amorçage.

Un «ange gardien» pour les alpinistes
Près de 25 millions de personnes escaladent chaque année les Alpes. Une majorité d’entre elles ne prennent aucune des précautions élémentaires en prévision d’un problème ou d’un cas d’urgence. Or, dans ce type de situations, chaque seconde compte.
Mathias Haussmann, fondateur et CEO de Uepaa (!!) – Swiss Alpines Technology, de concert avec son collègue Franck Legendre, développe une application pour smartphones qui permettra, à l’avenir, aux alpinistes, randonneurs de haute montagne et autres férus de snowboard ou de ski de rester en contact, même dans des régions mal desservies par les opérateurs de téléphonie et même si les utilisateurs devaient se retrouver pris dans une coulée de neige. Basée sur une technologie inventée à l’ETHZ, l’application peut connecter plusieurs téléphones mobiles entre eux, dans un certain périmètre, permettant ainsi de pallier l’absence de couverture réseau. En chaînant ainsi les smartphones entre eux, la technologie peut délivrer l’appel de détresse au service d’urgence approprié. L’équipe de Uepaa(!!) a réussi jusqu’ici à convaincre plusieurs jurys avec son idée et à attirer plusieurs partenaires et investisseurs, dont Mammut et la Rega. Il y a quelques jours, Mathias Haussmann a annoncé avoir bouclé un tour de table dépassant le million de francs.

ActLight: le futur de la technologie solaire
Les cellules solaires traditionnelles restent très encombrantes et affichent des performances encore faibles lorsque les conditions d’ensoleillement ne sont pas optimales. La start-up cofondée par Serguei Okhonin a développé de minuscules modules solaires qui, en embarquant une puce semiconductrice, sont capables de fournir suffisamment d’énergie pour alimenter des appareils autonomes, même en cas de faible luminosité. Cette solution se révèle particulièrement utile pour des capteurs sans fil ou d’autres produits électroniques devant demeurer de taille réduite.
Le potentiel d’application est important. Il va du monitoring environnemental au contrôle de la consommation énergétique, en passant par le contrôle de l’état de santé d’individus à l’aide de capteurs sans fil. Créée en octobre 2011, ActLight a déjà suscité l’intérêt de plusieurs investisseurs et concouru en finale des Swiss Technology Awards. L’objectif de la start-up est maintenant de poursuivre le développement d’un prototype et d’assurer son financement, en prévision d’une commercialisation de la technologie en 2014.

A propos de venture kick
venture kick est un fonds de pré-amorçage soutenu par Gebert Rüf Stiftung, Ernst Göhner Stiftung, OPO-Stiftung, Avina Stiftung et la Fondation 1796 de Lombard Odier Darier Hentsch & Cie. A noter parmi les donateurs que la Fondation 1796 soutient en particulier les projets liés aux «disruptive cleantech» ayant le potentiel de remplacer une technologie dominante sur un marché, ce qui est le cas de BComp.
La gestion opérationnelle du fonds est confiée à IFJ Institut für Jungunternehmen, basé à St. Gall, Zurich et Lausanne. L’objectif de cette initiative privée est de doubler le nombre de spin-off issus des hautes écoles et universités suisses, d’améliorer la qualité des start-up ainsi que leur attractivité vis-à-vis d’investisseurs professionnels. Afin d’atteindre cet objectif, venture kick offre un financement d’amorçage allant jusqu’à 130'000 francs.
En d’autres termes, le concept venture kick se focalise sur la problématique centrale concernant le transfert de l’innovation. De nombreux chercheurs et étudiants échouent dans leur tentative de concrétiser une idée commerciale issue de travaux de recherche: idée encore vague, concept commercial incomplet ou manque de savoir-faire pour la création d’un business plan convaincant. Sont éligibles à un financement les porteurs de projets issus des hautes écoles et universités suisses (étudiants, doctorants, professeurs) qui n’ont pas encore créé leur entreprise. Les postulations sont possibles en tout temps.

Weiterführende Links

annual report 2013

Mehr als 11 Mio. an Startkapital, über 298 finanzierte Startups, mehr als 464 Mio. an Folgefinanzierungen und 2433 neue Jobs - dies ist der Erfolgsausweis von venture kick seit die private Initiative im Herbst 2007 ins Leben gerufen wurde (Konsortium).

annual report 2013

Eine philanthropische Initiative eines privaten Konsortiums

Wissenschaftliche Innovationen in die Marktwirtschaft zu transferieren und damit nachhaltige Arbeitsplätze zu schaffen ist der Schlüssel für sozialen und wirtschaftlichen Wohlstand. Startups sind besonders in den Anfängen hohen wirtschaftlichen Risiken ausgesetzt, die weder von öffentlichen Geldern, noch von privaten Investoren abgefedert werden. Diese Lücke zu schliessen und Startups in einer sehr frühen Phase zu unterstützen ist wichtig und eine philantropische Aufgabe.