Aux premières places du concours "Venture"

Le concours Venture, lancé par le consultant McKinsey, tire un premier bilan de son édition 2012. 10 projets ont été sélectionnés sur les 191 idées d’affaires déposées. Le choix final a été particulièrement bénéfique pour les alumni venturelab et venture kick, 9 des 10 finalistes étant des anciens participants à nos formations.

venture_213.jpg

C’est la huitième année que McKinsey, en collaboration avec l’ETHZ et la Commission pour la technologie et l’innovation CTI, lance son concours «Venture», destiné aux jeunes entrepreneurs innovants désireux de lancer leur start-up. Pour cette édition, 9 des 10 finalistes ont déjà suivi une formation venturelab ou ont bénéficié d’un soutien financier de venture kick.

«Le choix s’est porté cette année sur des projets technologiques issus du web et de l’informatique, explique Thomas Knecht, ancien directeur chez Mc Kinsey et initiateur du concours. La sélection finale est prometteuse et j’espère que le prochain Mark Zuckerberg viendra de Zurich, de Lausanne ou d’ailleurs en Suisse». 4 projets finalistes sont issus de l’ETHZ, 3 proviennent de l’EPFL. Autre fait marquant, la proportion de femmes croît légèrement: elles représentent désormais 14% des finalistes. 90% des finalistes proviennent du domaine de l’électronique, des technologies médicales, de la pharmacologie ou des biotechnologies.
 
Venture 2012 entre maintenant dans sa deuxième phase. Le meilleur business plan sera élu le 24 mai 2012. D'ici là, plus de 180 coaches économiques et scientifiques aideront les participants à développer leur stratégie commerciale ainsi qu'un plan de financement concret. Les retardataires qui auraient manqué la première phase du concours pourront encore envoyer leur projet d'ici le 1er avril.
 
Voici une courte description des projets retenus pour la première phase du concours:
 
AppAware (ETHZ)
Il s’agit d’un réseau social pour mobiles et jeux avec lequel il est possible de trouver de nouvelles applications intéressantes, soit automatiquement, soit via son réseau de contacts. Cette application est déjà disponible sur l’Android Market. Son fondateur Andrea Girardello a suivi plusieurs cours venturelab et est récipiendaire venture kick.

Electrochromic Window Film (EPFL)
La start-up lancée par l’ancien participant venture challenge Kristopher Pataky a développé un film pouvant être collé sur toutes surfaces vitrées telles que des fenêtres, des miroirs ou encore des rétroviseurs. Par stimulation électrique sans fil, le film peut s’obscurcir et devenir opaque.
 
KB Medical (EPFL)
Cette société spin-off de l’EPFL a développé un système robotisé pour assister les chirurgiens dans leurs opérations de pointe. Baptisé Neuroglide, ce système de haute précision peut être utilisé pour l’insertion de vis dans la colonne vertébrale, par exemple, réduisant le temps et les risques inhérent à ce type d’opérations. Son inventeur, Philippe Bérard, est lauréat venture kick et bénéficiaire du Prix Liechti 2011.
 
Mabimmune Diagnostics (Université de Zurich)
Bénéficiaire venture kick, ce projet a pour vocation la prévention de l’infarctus du myocarde et des crises cardiaques grâce à un diagnostic précoce et un traitement ciblé. L’offre de produits de la start-up comprend les solutions PlaqueVision – un marqueur utilisé lors des tomographies par émission de positons – et FlowMab, un agent thérapeutique à base d’anticorps pour la préservation des tissus cardiaques sains.
 
OsmoTech (EPFL)
Emmenée par Elodie Dahan, participante au venture challenge en 2011, OsmoTech offre une solution rentable et durable pour la conversion de la chaleur résiduelle en électricité. Cette solution est susceptible d’assurer de hauts rendements et de fonctionner à des températures très basses par rapport à des technologies concurrentes, sous le seuil des 100 degrés centigrades.

PumpTire (Genève)
PumpTire commercialise le premier pneu de bicyclette autogonflant. Imaginez que vous puissiez ne jamais être obligé de gonfler les pneus ou même de vérifier la pression?
 
Scrona (ETHZ)
Scrona a développé la première méthode ajustable permettant de créer des structures à haute définition au niveau nanométrique (taille de moins de 100 nanomètres) grâce à un processus bottom-up en 3D. Cette technique d'impression sans contact présente un avantage considérable en termes de coûts pour la fabrication de nombreux produits de haute technologie. L’entreprise est emmenée par Patrick Galliker, ancien participapnt à un venture challenge à l’Université de Bâle.
 
Swiss Litho (ETHZ)
Swiss Litho propose un outil de fabrication nano unique en son genre: le NanoFrazor. Les chercheurs et les producteurs de nanotechnologies utiliseront cette machine très intuitive pour créer et fabriquer rapidement de nouvelles nanostructures, lesquelles seront ensuite intégrées à des appareils électroniques, optiques et quantiques. Felix Holzner, l’initiateur du projet, a participé aux formations venture challenge et venture plan, et reste en course dans le cadre de venture kick.
 
Taenia Tec (ETH Zurich)
La société a développé une nouvelle génération de feuilles de métal ultraperformantes, combinant une grande rigidité et une grande résistance avec des propriétés mécaniques d'amortissement et des capacités de barrière remarquables. Ces nouvelles feuilles de métal permettent la fabrication d’un large éventail de nouveaux produits de façon rentable, comme les emballages minces de denrées alimentaires ou des composés très performants.
 
Uepaa Swiss Alpine Technology (FHNW)
Uepaa transforme les smartphones en appareils de sauvetage et d'alarme en montagne grâce à une liaison sans fil directe basée sur la technologie peer-to-peer. Uepaa accompagne et retrouve les alpinistes perdus même en l'absence de réseau mobile, et se révèle donc particulièrement utile en cas d'avalanche, par exemple.

Weiterführende Links

annual report 2013

Mehr als 11 Mio. an Startkapital, über 298 finanzierte Startups, mehr als 464 Mio. an Folgefinanzierungen und 2433 neue Jobs - dies ist der Erfolgsausweis von venture kick seit die private Initiative im Herbst 2007 ins Leben gerufen wurde (Konsortium).

annual report 2013

Eine philanthropische Initiative eines privaten Konsortiums

Wissenschaftliche Innovationen in die Marktwirtschaft zu transferieren und damit nachhaltige Arbeitsplätze zu schaffen ist der Schlüssel für sozialen und wirtschaftlichen Wohlstand. Startups sind besonders in den Anfängen hohen wirtschaftlichen Risiken ausgesetzt, die weder von öffentlichen Geldern, noch von privaten Investoren abgefedert werden. Diese Lücke zu schliessen und Startups in einer sehr frühen Phase zu unterstützen ist wichtig und eine philantropische Aufgabe.