Tour de table réussi pour ProteoMediX

La jeune entreprise zurichoise formée par venturelab et cofondée par le venture leaders 2011 Christian Brühlmann a clôturé avec succès un financement Série A de 2,6 millions de francs. ProteoMediX a mis au point un test diagnostique non invasif pour la reconnaissance, le pronostic et le traitement du cancer.

ProteoMediX_213.jpg
Christian Brühlmann et Ralph Schiess, respectivement CFO et CEO de ProteoMediX

Belle réussite que celle de ProteoMediX. La société en démarrage a convaincu un groupe d’investisseurs réunis par Altos Venture, dont des financiers privés issus de BioValley Business Angels Club (BioBAC) et la Banque cantonale de Zurich. En sus de cet apport d’argent frais, la start-up accueille dans son directoire deux professionnels des sciences du vivant, Werner Schaefer et Isaac Kobrin, tout deux bénéficiant de nombreuses années d’expérience dans le diagnotic et le développement de molécules thérapeutiques, acquises notamment chez Roche ou Actelion.
 
Les fonds levés permettront à ProteoMedix de continuer le développement de tests diagnostiques dans le domaine du cancer de la prostate. La société a mis au point une solution propriétaire de biomarqueurs démontrant des propriétés accrues dans la détection précoce de ce type de cancer et une supériorité par rapport aux méthodes traditionnelles. A l’heure actuelle, la principale méthode permettant aux médecins de suspecter la présence d’une tumeur touchant la prostate constiste en des tests sanguins pour rechercher la concentration d’un antigène prostatique spécifique (PSA). Cette méthode, imprécise, a le désavantage principal de signaler non seulement la présence de cancers, mais aussi une simple infection de la prostate ou une croissance non cancéreuse de cet organe.
 
C’est là qu’entre en scène la solution de ProteoMediX. Les biomarqueurs de la jeune entreprise sont calibrés pour s’attacher spécifiquement à l’antigène du cancer de la prostate. Non seulement cette méthode se révèle bien plus précise, se focalisant à un niveau moléculaire, mais elle a également l’avantage d’être non invasive et relativement rapide. Elle aboutirait ainsi au quasi-abandon des biopsies telles que ces dernières sont pratiquées actuellement. «Actuellement, sur quatre patients diagnostiqués, trois sont des faux positifs et doivent subir un prélèvement inutile», analyse Ralph Schiess, CEO de ProteoMediX.
 
Pour Christian Brühlmann, cette levée de fonds confère également à la société un surcroît de visibilité et un signe de réussite. «Arriver à clôturer un tour de table au regard de l’environnement économique plutôt difficile actuellement reflète la confiance que notre équipe de management et notre technologie a su générer chez des investisseurs confirmés.»
 
Faut-il voir dans cette opération réussi les heureuses suites du programme venture leaders? Christian Brühlmann n’est pas loin de le penser. «Ce programme s’est révélé une excellente opportunité d’établir très rapidement des contacts avec des investisseurs américains. Ce voyage de 10 jours a aussi été l’occasion de tisser des relations étroites avec d’autres jeunes entrepreneurs, ce qui a constitué une richesse inestimable», estime le CFO.
 
Cette levée de fonds s’inscrit en tout cas dans une suite de succès. ProteoMediX a réussi à obtenir en 2010 un financement de venture kick, puis le label CTI Start-up en 2011. Cette même année, elle s’est inscrite à la 65e place du classement TOP100.

Weiterführende Links

annual report 2013

Mehr als 11 Mio. an Startkapital, über 298 finanzierte Startups, mehr als 464 Mio. an Folgefinanzierungen und 2433 neue Jobs - dies ist der Erfolgsausweis von venture kick seit die private Initiative im Herbst 2007 ins Leben gerufen wurde (Konsortium).

annual report 2013

Eine philanthropische Initiative eines privaten Konsortiums

Wissenschaftliche Innovationen in die Marktwirtschaft zu transferieren und damit nachhaltige Arbeitsplätze zu schaffen ist der Schlüssel für sozialen und wirtschaftlichen Wohlstand. Startups sind besonders in den Anfängen hohen wirtschaftlichen Risiken ausgesetzt, die weder von öffentlichen Geldern, noch von privaten Investoren abgefedert werden. Diese Lücke zu schliessen und Startups in einer sehr frühen Phase zu unterstützen ist wichtig und eine philantropische Aufgabe.