Gastros et BComp décrochent le kick final

Les deux start-up Gastros AG (Zurich) et Bcomp (Fribourg) reçoivent les 130'000 francs alloués aux vainqueurs de la dernière étape de venture kick. Timo Hafner, le fondateur de Gastros, a inventé un système novateur d’induction pour les buffets professionnels. Bcomp développe quant à elle des matériaux de haute technologie à base de fibres naturelles aux caractéristiques révolutionnaires entrant dans la fabrication de skis ou de cadres pour vélos, entre autres.

img_bcomp_213.jpg
L'équipe de Bcomp: Julien Rion, Christian Fischer, Andreas Brülhart
img_Gastros_Timo_213.jpg
Timo Hafner, fondateur de Gastros

C'est un jury composé de 17 membres que les quatre finalistes du dernier venture kick ont dû convaincre à Zürich. Gastros et BComp ont été les plus performants grâce à leur innovation aspirant à révolutionner leur domaine respectif.

La nouvelle génération de chauffe-plats pour la gastronomie
Timo Hafner veut réinventer la manière dont on maintient les plats au chaud en milieu hôtelier. Son système InductWarm est composé de plats en porcelaine, lesquels sont recouverts d'une couche ferromagnétique, et d'une table équipée d’un verre de protection contenant les éléments de chauffe à induction. Chaque plat peut être contrôlé séparément par télécommande. Le système combine ainsi une grande flexibilité d’utilisation avec des économies d’énergie conséquentes, tout en préservant l’esthétique indispensable au milieu hôtelier et gastronomique. Le fondateur de Gastros a pu tester son prototype grâce à un partenariat avec la chaîne hôtelière Hilton. Les premières impressions ont été positives et de nombreux autres hôtels ont déjà annoncé leur intérêt pour le produit. Il aura fallu à Timo une longue période de développement avec divers partenaires pour finaliser ce système désormais passé au stade de la commercialisation. Timo compte investir la majorité de ses gains dans l'acquisition de nouveaux clients, afin de convaincre le reste de l’hôtellerie suisse, autrichienne et allemande, de la qualité de son innovation.

Des matériaux high-tech à base de matières renouvelables
Basée à Fribourg, Bcomp développe de nouveaux matériaux ultralégers et très solides à base de fibres naturelles. Cette technologie trouve son application entre autres dans le domaine des activités en plein air, comme la fabrication de skis, de bâtons de randonnée ou encore de piquets de tentes. Un ski réalisé avec ce matériel novateur est 30% moins lourd qu'un ski traditionnel tout en ayant de meilleures performances. Après avoir déjà développé de nombreux prototypes pour des marques de sport connues, les quatre fondateurs originaires d'Argovie, de Berne, du Jura et de Fribourg sont déjà en contact avec plusieurs investisseurs. Leur technologie offre des perspectives d’application prometteuses dans le secteur énergétique ou encore dans le domaine du rail et de l’automobile. Depuis la première étape de venture kick fin 2010, la start-up a su obtenir le support financier de Seed Capital Fribourg, s’est qualifiée pour la finale du Winterthur Heuberger Jungunternehmerpreis, qui sera décerné en fin d’année, et s’est hissée en 67e position dans le TOP 100 des start-up suisses.

Profiter pleinement du processus de financement venture kick
Les présentations devant le jury d’experts furent les étapes marquantes de l'année pour Timo Hafner. Dans le passé, ce dernier avait déjà pu profiter des séminaires de formation offerts par venturelab. Il a ensuite utilisé les 2 jours de kickers camps intensifs pour faire avancer son projet: «Pour moi, il s'agissait d'un facteur déterminant dans le développement de Gastros. Grâce à l'encadrement, nous avons pu valider nos priorités, savoir quels changements étaient nécessaires et progresser dans l’exécution de notre business plan.»
Andreas Brühlhart de BComp garde également des souvenirs positifs de son expérience à venture kick: «Devoir régulièrement rendre des comptes quant à l'avancement du projet, devoir répondre aux questions du jury ou encore pouvoir échanger avec d'autres personnes passionnées – toutes ces choses, en sus du soutien financier et de la publicité générée autour du concours, sont les bienfaits les plus importants que nous avons retirés de notre participation à venture kick.»

A propos de venture kick
venture kick est un fonds de pré-amorçage soutenu par Gebert Rüf Stiftung, Ernst Göhner Stiftung, OPO-Stiftung, Avina Stiftung et la Fondation 1796 de Lombard Odier Darier Hentsch & Cie. A noter parmi les donateurs que la Fondation 1796 soutient en particulier les projets liés aux «disruptive cleantech» ayant le potentiel de remplacer une technologie dominante sur un marché, ce qui est le cas de BComp.
La gestion opérationnelle du fonds est confiée à IFJ Institut für Jungunternehmen, basé à St. Gall, Zurich et Lausanne. L’objectif de cette initiative privée est de doubler le nombre de spin-off issus des hautes écoles et universités suisses, d’améliorer la qualité des start-up ainsi que leur attractivité vis-à-vis d’investisseurs professionnels. Afin d’atteindre cet objectif, venture kick offre un financement d’amorçage allant jusqu’à 130'000 francs.
En d’autres termes, le concept venture kick se focalise sur la problématique centrale concernant le transfert de l’innovation. De nombreux chercheurs et étudiants échouent dans leur tentative de concrétiser une idée commerciale issue de travaux de recherche: idée encore vague, concept commercial incomplet ou manque de savoir-faire pour la création d’un business plan convaincant. Sont éligibles à un financement les porteurs de projets issus des hautes écoles et universités suisses (étudiants, doctorants, professeurs) qui n’ont pas encore créé leur entreprise. Les postulations sont possibles en tout temps.

Weiterführende Links

annual report 2013

Mehr als 11 Mio. an Startkapital, über 298 finanzierte Startups, mehr als 464 Mio. an Folgefinanzierungen und 2433 neue Jobs - dies ist der Erfolgsausweis von venture kick seit die private Initiative im Herbst 2007 ins Leben gerufen wurde (Konsortium).

annual report 2013

Eine philanthropische Initiative eines privaten Konsortiums

Wissenschaftliche Innovationen in die Marktwirtschaft zu transferieren und damit nachhaltige Arbeitsplätze zu schaffen ist der Schlüssel für sozialen und wirtschaftlichen Wohlstand. Startups sind besonders in den Anfängen hohen wirtschaftlichen Risiken ausgesetzt, die weder von öffentlichen Geldern, noch von privaten Investoren abgefedert werden. Diese Lücke zu schliessen und Startups in einer sehr frühen Phase zu unterstützen ist wichtig und eine philantropische Aufgabe.