Biotechnostics et DistalMotion en finale

Ce sont deux start-up du domaine biotech et medtech qui ont réussi à atteindre la finale de venture kick: la spin-off de l’Université de Bâle Biotechnostics et la spin-off de l’EPFL DistalMotion. Biotechnostics souhaite créer des produits de diagnostic faits sur mesure en fonction des douleurs des patients tandis que l’équipe de DistalMotion, formée autour du venture leader Ricardo Beira, développe une plateforme chirurgicale qui, entre autres, facilitera les interventions chirurgicales en cas de cancer de la prostate.

vkick_Biot_DistalM_2131.jpg
Des “venture kickers” à succès: Jochen Kinter (Biotechnostics); Ricardo Beira, Lionel Flaction (DistalMotion)

Lors du premier tour, il s’agissait encore d’une simple idée commerciale. Dès le deuxième, c’était déjà le modèle d’affaires concret qui était soumis au jury composé de 16 experts émanant de l’industrie et du domaine de l’investissement. Cette fois, c’est grâce à leur personnalité, à l’équipe qu’ils ont constituée et à leurs perspectives commerciales que  Jochen Kinter, jeune chercheur au Laboratoire de recherche neuromusculaire de l’Université de Bâle, et Ricardo Beira, issu de l’EPFL, ont su se démarquer des autres concurrents en lice.

La meilleure médecine pour chacun
La bonne thérapie pour le bon patient au bon moment. Tel est le crédo de la start-up Biotechnostics. L’entreprise, dirigée par  Jochen Kinter, développe des méthodes de test génétiques afin de pouvoir administrer des médicaments de manière personnalisée, garantissant ainsi que ceux-ci puissent agir de la manière la plus efficace. Jusqu’à présent, lors du traitement de certaines maladies, il existait de nombreux médicaments pour lesquels on peut observer que le taux de réussite ne dépasse guère les 25-30%. La technologie développée par Biotechnostics, appelée Multiplex PCR (pour «Polymerase Chain Reaction»), permet une analyse précise de biomarqueurs et l’obtention desrésultats le jour même. Le premier prototype de recherche a permis d’établir une caractérisation exacte de dystrophies musculaires. Jusqu’ici, le projet a réussi non seulement à susciter le soutien de «venture kick», mais aussi de la «Neuromuscular Research Association Basel» et de la fondation chargée de la promotion des jeunes talents de l’Université de BâlePour la prochaine étape, la société s’attèlera à agrandir l’équipe et à continuer le développement du prototype.

Une nouvelle génération de technologies chirurgicales
Le spin-off de l’EPFL DistalMotion, mené par Ricardo Beira et Lionel Flaction, développe une plateforme robotique mécanique qui représente une nouvelle génération de technologies de chirurgie très peu invasives. L’instrument en question permettra au chirurgien d’opérer dans la cavité abdominale de manière plus précise et à un moindre coût. De plus, le chirurgien reçoit davantage d’informations quant au déroulement de l’opération et le patient bénéficie de douleurs réduites, de meilleurs résultats et d’un séjour hospitalier raccourci. L’ingénieur en mécanique Ricardo Beira a déjà travaillé sur un nouveau type de micro-mécanisme pour manipulateurs téléguidés dans le cadre de ses travaux de recherche. Suite à l’aboutissement de sa thèse, riche de ce savoir-faire, , Ricardo Beira désire maintenant prendre véritablement son envol avec son partenaire Lionel Flaction et DistalMotion, objectif aujourd’hui réalisable grâce au soutien de venture kick.

Les deux projets au sein de venturelab
Les deux projets soutenus ont déjà pu profiter dans le passé du programme de soutien aux start-up venturelab. Jochen Kinter a su profiter de toute la panoplie des modules de formations proposés, en débutant avec un «Startup Abend» suivi par le cours semestriel pour entrepreneurs venture challenge. Ensuite il a suivi le cours intensif pour start-up qu’est le venture plan, pour finalement participer au venture training, le module focalisé sur la croissance et le financement. Ricardo Beira a de son côté pu profiter de son expérience dans le cadre des venture leaders, puisqu’il a pu se qualifier cette année pour l’équipe nationale des start-up suisses et participer à un programme de développement commercial intentensif à Boston.

Des contributions dépassant déjà les 7 millions de francs
venture kick soutient des projets entrepreneuriaux émanant des hautes écoles jusqu’à hauteur de 130'000 francs. Depuis 2007, plus de 190 projets de start-up ont pu profiter du coaching et d’un financement pour un total de 7 millions de francs en capital d’amorçage. 140 entreprises innovantes ayant créé bien au-delà de 1000 nouvelles places de travail en sont le résultat.

Weiterführende Links

annual report 2013

Mehr als 11 Mio. an Startkapital, über 298 finanzierte Startups, mehr als 464 Mio. an Folgefinanzierungen und 2433 neue Jobs - dies ist der Erfolgsausweis von venture kick seit die private Initiative im Herbst 2007 ins Leben gerufen wurde (Konsortium).

annual report 2013

Eine philanthropische Initiative eines privaten Konsortiums

Wissenschaftliche Innovationen in die Marktwirtschaft zu transferieren und damit nachhaltige Arbeitsplätze zu schaffen ist der Schlüssel für sozialen und wirtschaftlichen Wohlstand. Startups sind besonders in den Anfängen hohen wirtschaftlichen Risiken ausgesetzt, die weder von öffentlichen Geldern, noch von privaten Investoren abgefedert werden. Diese Lücke zu schliessen und Startups in einer sehr frühen Phase zu unterstützen ist wichtig und eine philantropische Aufgabe.