venture kick récompense deux start-up d’exception

Un équipement destiné à prévenir les accidents de plongée et un système susceptible de manipuler à distance des microéléments injectés dans le corps humain: voici les deux innovations primées par venture kick. Pandora Underwater Equipment, issue de l’EPFL, et Aeon Scientific, spin-off de l’ETHZ, clôturent avec brio la dernière étape de venture kick et engrangent chacun 100'000 francs sous la forme de financement d’amorçage à fonds perdus.

vkick_aeon_pandorra_213.jpg
Les sociétés Aeon Scientific et Pandora Underwater Equipment (de gauche à droite) au grand complet.

Ce ne sont pas une, mais deux start-up qui réussissent à clôturer la dernière étape de venture kick. Après avoir franchi les premières étapes du concours, primées respectivement de 10'000 et 20'000 francs, les jeunes entrepreneurs David Bonzon et Dominik Bell ont convaincu le jury d’experts de venture kick de la viabilité et l’ambition de leur technologie, de leur modèle d’affaires et des compétences de leur équipe. Au total, chaque entrepreneur aura ainsi reçu 130'000 francs pour constituer sa société et assurer le développement de son innovation.

Pandora Underwater Equipment, au tréfonds de la sécurité
La sécurité est au cœur de l’innovation de Pandora Underwater Equipment. En constatant le grand nombre d’accidents de plongées – en particulier ceux liés aux remontées trop rapides et au non-respect des palliers de décompression – David Bonzon a l’idée d’un boîtier qui jouerait le rôle d’ange gardien des plongeurs. Suba, l’appareil mis au point par le jeune entrepreneur actuellement étudiant en microtechnique à l’EPFL, intègre un capteur de pression et règle automatiquement la vitesse de remontée des nageurs en régulant le niveau d’air dans le gilet auquel il est relié. De la même façon, le système peut contrôler la profondeur à laquelle les plongeurs veulent descendre en assurant leur descente. Cette technologie représente un grand avantage par rapport aux produits actuels, lesquels obligent les adeptes de la plongée sous-marine à manipuler eux-mêmes le niveau d’air de leur gilet.

Aeon Scientific, le Magneto du micro- et du nanomonde
Aeon Scientific œuvre pour sa part dans un tout autre domaine: la manipulation sans contact de micro-éléments injectés dans le corps humains pour le diagnostic et la thérapie de certaines maladies. Ce spin-off de l’ETHZ mené par Dominik Bell a investi deux créneaux bien distincts des technologies médicales. Dans le domaine de l’ophtalmologie, la société a développé un système, baptisé OctoMag, destiné à élargir la palette des outils à diposition des chirurgiens, notamment pour toutes les affections de la rétine. Grâce à cet outil capable d’utiliser les propriétés électromagnétiques de très petits composants, l’innovation d’Aeon Scientific permet de manipuler des micro-robots dans l’espace intra-oculaire même des patients avec un degré de précision extrême. Le fait de pouvoir compter sur ces «aides» robotisés agissant de l’intérieur permet aux chirurgiens de réduire les actes invasifs et des effets secondaires indésirables, et donc les risques de complication, voire de cécité, pour les patients. Sur cette base historique, Aeon Scientific a émergé sur le créneau plus large de la manipulation magnétique de micro-objets dans tout type de domaine, jusqu’à l’échelle nanométrique.

venture kick: plus de 5 millions de francs versés
Depuis ses débuts à l’automne 2007, le programme venture kick a soutenu des projets de jeunes entreprises à hauteur de plus de 5 millions de francs. Quelque 150 projets ont été financés dans différents domaines d’activités, comme les technologies médicales ou de l'information, les biotechnologies ou les applications sportives. Un sondage réalisé auprès des fondateurs de start-up a confirmé que cette initiative a permis la création de quelque 80 entreprises et de plus de 400 places de travail, pour un volume de financement de près de 40 millions de francs.

Au sujet de venturekick
Les fondations Gebert Rüf, Ernst Göhner, OPO et Avina financent l'initiative privée venture kick. La direction opérationnelle du projet est assumée par IFJ, Institut für Jungunternehmen à St Gall. L'objectif de venture kick est de doubler le nombre de spin-off issues des hautes écoles techniques et spécialisées et des universités suisses. Venture kick soutient les entrepreneurs en herbe en leur offrant la possibilité de gagner jusqu’à 130'000 francs en capital d’amorçage à fonds perdus. Pour atteindre cette somme, les jeunes entrepreneurs doivent convaincre un jury de professionnels du potentiel commercial de leur idée. Chaque mois, 8 projets sélectionnés ont une chance de décrocher une somme de 10'000 francs, mais seule la moitié d'entre eux y parviendront et se qualifieront pour la deuxième phase, dotée de 20'000 francs. Au final, seul deux projets ont une chance de boucler leur capital d'amorçage en décrochant les 100'000 francs de la phase finale.

Weiterführende Links

annual report 2013

Mehr als 11 Mio. an Startkapital, über 298 finanzierte Startups, mehr als 464 Mio. an Folgefinanzierungen und 2433 neue Jobs - dies ist der Erfolgsausweis von venture kick seit die private Initiative im Herbst 2007 ins Leben gerufen wurde (Konsortium).

annual report 2013

Eine philanthropische Initiative eines privaten Konsortiums

Wissenschaftliche Innovationen in die Marktwirtschaft zu transferieren und damit nachhaltige Arbeitsplätze zu schaffen ist der Schlüssel für sozialen und wirtschaftlichen Wohlstand. Startups sind besonders in den Anfängen hohen wirtschaftlichen Risiken ausgesetzt, die weder von öffentlichen Geldern, noch von privaten Investoren abgefedert werden. Diese Lücke zu schliessen und Startups in einer sehr frühen Phase zu unterstützen ist wichtig und eine philantropische Aufgabe.