venture kick: 130'000 francs pour Geroco et Climeworks

Un système maniable pour la mesure et la réduction de la consommation d'énergie à son domicile et un appareil qui capture le CO2 de l'air ambiant. Si Geroco et Climeworks ne peuvent pas prétendre améliorer le monde, leur idée innovante dans le domaine de l'environnement ont convaincu le jury de venture kick. La start-up valaisanne et la jeune entreprise zurichoise décrochent 130'000 francs en tant que capital d'amorçage.

DupertuisM_TavelA_Geroco_vk_21.jpg
L'équipe de Geroco, de gauche à droite: Alec Tavel et Michael Dupertuis
WurzbacherJan_GebaldChris_Climeworks_vk_news1.jpg
Les fondateurs de Climeworks, Jan Wurzbacher (gauche) et Christoph Gebald

Geroco: économiser jusqu'à 15% de son énergie domestique
Le système développé par Geroco permet, par le biais d'une plateforme web, de réguler sa propre consommation d'énergie. Tous les appareils ménagers, comme la machine à café ou la télévision, sont dotés d'un boîtier qui se branche directement sur la prise et qui collecte les données relatives à la consommation électrique. Ces données peuvent ensuite être transférées à un ordinateur via une simple clé USB. Après s'être authentifié, l'utilisateur accède au portail web, lequel montre non seulement la quantité d'énergie consommée par les appareils ménagers mais donne aussi des conseils pratiques sur la manière dont l'électricité pourrait être économisée. Le site permet de visualiser la quantité de courant qui devrait être utilisée ou non.
«La conscience écologique des gens va croissant. Mais peu savent par où commencer pour réduire leur consommation d'énergie. Avec notre solution, ils détiennent une possibilité pratique et simple pour économiser jusqu'à 15% de leur dépense énergétique», avance Michael Dupertuis, fondateur de Geroco. Le produit de la start-up est déjà commercialisé et s'adresse aussi bien aux consommateurs finaux qu'aux professionnels. «Nous avons par exemple conclu un contrat avec Romande Energie, lequel va vendre notre système sous son propre nom dès cet automne. Nous leur donnons la possibilité de faire profiter leurs clients d'une meilleure gestion de leur consommation énergétique et de mieux sensibilier ces derniers au problème de la protection de l'environnement», souligne le jeune entrepreneur.

Climeworks: extraire le CO2 de l'air ambiant
Christoph Gebald et Jan Wurzbacher, fondateurs de ce spin-off de l'ETHZ, ont eu une grande idée. Avec leur professeur en transport d'énergie renouvelable, ils ont développé un appareil capable de capter le CO2 de l'air ambiant. Le gaz peut alors être utilisé comme matière première, par exemple pour être transformé comme carburant de synthèse. Mais ce n'est pas tout. Pour l'heure, les deux doctorants de l'ETHZ se concentrent sur l'utilisation de leur technique dans le domaine de la lutte contre l'effet de serre. «Pour croître plus rapidement, les plantes ont besoin de CO2. On produit généralement ce gaz à partir du gaz naturel. Avec notre système, nous pouvons produire du CO2 sous une forme concentrée et à meilleur prix. Etant donné qu'il proviendra de l'air ambiant, le bilan écologique est bien meilleur et on agit pour l'environnement», explique Jan Wurzbacher.
Etant donné que le marché suisse est relativement restreint pour ce type d'application, la société entend se focaliser sur les marchés espagnol et néerlandais, plus prometteurs selon des études de marché menées par Climeworks. La première application pilote sera tout de même lancée en Suisse et devrait être opérationnelle en 2012.

venture kick, accélérateur de succès
Pour lancer leur projet, les entrepreneurs tels que ceux de Climeworks et de Geroco ont besoin d'un apport financier externe. Les 100'000 francs dont est dotée la troisième et dernière phase d'un venture kick sont à ce titre particulièrement bienvenus. «A chaque étape de notre développement, un soutien financier externe est primordial. Avec cette somme, nous allons pouvoir concentrer nos efforts sur notre croissance, mettre nos produits plus rapidement sur le marché et disposer ainsi d'un avantage concurrentiel. venture kick demeure dans cette optique une aide précieuse qui nous permet également de bénéficier du savoir-faire de nombreux experts confirmés», relève Jan Wurzbacher.

Plus de 4 millions de francs versés
Depuis ses débuts en automne 2007, le programme venture kick a soutenu des projets de jeunes entreprises à hauteur de plus de 4 millions de francs. Plus de 115 projets ont été financés dans différents domaines d’activités, comme les technologies médicales ou de l'information, les biotechnologies ou les applications sportives. Un sondage réalisé auprès des fondateurs de start-up a confirmé que cette initiative a permis la création de quelque 80 entreprises et de plus de 400 places de travail, pour un volume de financement de près de 40 millions de francs.

Weiterführende Links

annual report 2013

Mehr als 11 Mio. an Startkapital, über 298 finanzierte Startups, mehr als 464 Mio. an Folgefinanzierungen und 2433 neue Jobs - dies ist der Erfolgsausweis von venture kick seit die private Initiative im Herbst 2007 ins Leben gerufen wurde (Konsortium).

annual report 2013

Eine philanthropische Initiative eines privaten Konsortiums

Wissenschaftliche Innovationen in die Marktwirtschaft zu transferieren und damit nachhaltige Arbeitsplätze zu schaffen ist der Schlüssel für sozialen und wirtschaftlichen Wohlstand. Startups sind besonders in den Anfängen hohen wirtschaftlichen Risiken ausgesetzt, die weder von öffentlichen Geldern, noch von privaten Investoren abgefedert werden. Diese Lücke zu schliessen und Startups in einer sehr frühen Phase zu unterstützen ist wichtig und eine philantropische Aufgabe.